Archives par mot-clé : Lyon-Turin

la France devra mettre la main à la poche

 
le 01/07/15
 
Lyon-Turin : la France devra aussi mettre la main à la poche
 
Ce lundi, la Commission européenne annonçait le déblocage d’une enveloppe de 1,7 milliard d’euros pour financer les infrastructures françaises de transports, et notamment le tunnel ferroviaire Lyon-Turin. Ce mercredi, Bruxelles précise cependant qu’elle attend maintenant que la France se positionne sur sa propre participation au projet.Comme le rappellent Les Echos, le tunnel ferroviaire devant relier Lyon à Turin consiste en une galerie de 57 kilomètres, au coût estimé à 8,5 milliards d’euros. Sur l’enveloppe de 1,7 milliard d’euros débloquée par la Commission européenne et à destination de la France, la part consacrée au Lyon-Turin serait environ de 813 millions, un montant inférieur à ce qui était initialement prévu. Cela s’explique par la volonté de Bruxelles de voir Paris clarifier son propre financement du projet, évalué à 2,2 milliards. Et pour atteindre cette somme, un groupe de travail parlementaire envisagerait la création d’une « eurovignette », sorte d’écotaxe réactualisée et valable uniquement pour les poids lourds circulant entre la France et l’Italie.

Dans tous les cas, la Commission européenne a jugé que « seulement » 2 milliards d’euros de travaux seraient effectivement réalisés d’ici 2020, contre les 3,2 milliards avancés par les acteurs du chantier, d’où la réduction de la subvention européenne. Le taux de cofinancement pratiqué par l’institution communautaire, lui, est de plus de 40%. Bruxelles reste toutefois prudente à l’égard de la France et de l’Italie, qui seraient toutes les deux un peu trop optimistes quant à l’avancement des travaux, sachant qu’il y a toujours des litiges juridiques en cours.

 
Photo : © BTP Magazine
 
Par C. Patrigeon,

Les deux associations Canol et Anticor

Les deux associations Canol et Anticor organisent ce mercredi 10 juin à Lyon un débat sur le projet ferroviaire Lyon-Turin à la MJC Monplaisir (Lyon 8ème) de 18h et 20h. Ils reviendront sur trois points précis alimentant la controverse de ce projet estimé par les promoteurs à 26,1 milliards d’euros.

sur le même sujet

 

Les organisateurs aborderont trois points précis de ce projet controversé, aussi bien pour l’évaluation de son coût (26,1 milliards d’euros) que pour son utilité.

Cette réunion sera animée par Daniel Ibanez ( http://lyonturin.eu ) auteur du livre sur le Lyon Turin : « Trafics en tous genres« .

Acteurs de l’économie  |  09/06/2015

http://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/transports/2015-01-01/ou-va-le-lyon-turin.html

Acteurs de l’économie/La Tribune éclaire le débat sur le projet contesté de liaison ferroviaire Lyon-Turin. Ce dossier spécial sera régulièrement mis à jour.

Projet d’envergure pharaonique estimé à plus de 26 milliards d’euros, l’infrastructure ferroviaire entre Lyon et Turin suscite toujours de vives réactions. Vital pour la compétitivité de la France pour certains, grand projet inutile pour d’autres, cette initiative franco-italienne, soutenue par l’Europe, visant à « effacer les Alpes« , afin de favoriser le report modal et le trafic de marchandises, cristallise les tensions.

Mais aussi les inquiétudes : depuis le jeudi 5 février 2014, ce projet sort des querelles partisanes pour se retrouver sur le bureau de l’Office européen de lutte antifraude, pour des soupçons de fraudes et de mauvaise utilisation des deniers publics.

Contextualiser

Des décryptages

Des grandes interviews

Comprendre les dessous

À quelques jours du rassemblement international

non au lyon - turin

À quelques jours du rassemblement international organisé dimanche à Chapareillan contre le Lyon-Turin, les personnes du village hostiles au projet (dont les membres du collectif citoyen contre le Lyon-Turin- CCLT) ont une nouvelle fois démontré leur désapprobation en hissant ce week-end, en haut de montagne, un message clair : “Non au Lyon-Turin”. Cette liaison ferroviaire, imaginée voilà près de trente ans, doit traverser les Alpes pour améliorer le fret de transport de marchandises et passer tout près de Chapareillan, seule commune de l’Isère à être impactée par le projet.

le dauphiné libéré du 10/06


Une journée d’actions contre le projet du Lyon-Turin à Chapareillan (Isère)

Le Collectif Contre le Lyon-Turin (CCLT)  a organisé ce dimanche 14 juin un grand rassemblement de tous les citoyens « qui souhaitent marquer leur opposition au projet de la nouvelle ligne Lyon-Turin » dans la commune de Chapareillan, située en Isère.

© France 3 Alpes

© France 3 Alpes

Reportage. Plusieurs actions étaient prévues tout au long de la journée pour « sensibiliser la population au projet du Lyon-Turin ».  Il s’agissait pour les opposants « d’informer la population régionale française et italienne, sur l’état d’avancement du projet, sa non-rentabilité, de voir ce qu’il est possible de faire pour empêcher sa réalisation et pratiquer immédiatement le report modal des camions sur le train ».Conférence et débat au stade de Chapareillan, « marche citoyenne » sur le tracé prévu pour le Lyon-Turin, la manifestation a réuni près de 400 personnes contre ce qu’elles considèrent comme « un projet ferroviaire inutile, dangereux pour l’environnement et le cadre de vie de tous les habitants. »

Plusieurs associations étaient présents à ce rassemblement parmi lesquelles la confédération paysanne, Daniel Ibanez (opposant historique d’EELV), les anti-Roybon, les No Tav d’Italie et de Chambéry, l’autre gros collectif « Vivre en Maurienne » et le CCLT, organisateur.

À ce jour, il y a un recours déposé auprès du Conseil d’Etat contre la déclaration d’utilité publique du Lyon-Turin (histoire des conflits d’intérêt notamment entre Dumesnil et Edf), déposé par 1300 requérants (des particuliers), du jamais vu. Ce recours est porté par Daniel Ibanez, auteur d’un livre sur le Lyon-Turin.

En Savoie et à Chapareillan, on craint les expropriations notamment, des habitants et des paysans. La ligne va passer à 1 km. La commune de Chapareillan est au croisement de la Combe de Savoie, de la vallée du Grésivaudan et de la cluse de Chambéry. La commune sera à côté de la sortie du tunnel sous la Chartreuse qui viendra de Lyon et la ligne va traverser la vallée et rejoindre un autre tunnel sous Belledonne. Deux tunnels à 4 km de distance.

Chapareillan est la commune d’Isère la plus touchée avec Chimilin. Au total, 72 communes sont concernées par le tracé du Lyon-Turin de la banlieue lyonnaise à la Maurienne.

Reportage de Céline Aubert-Egret & Bertand Tang

Contre le Lyon-Turin

Intervenants : Olivier Bourquard, Co-président Collectif Chapareillan Contre le Lyon-Turin (CCLT); Daniel Ibanez Opposant au projet du Lyon-Turin

Le CCLT est né en 2010 alors que le projet de grande envergure de la construction d’une nouvelle ligne de frêt entre Lyon et Turin était déjà lancé depuis 20 ans. Le CCLT demande un vrai report modal sur la ligne ferroviaire historique existante d’Ambérieu, exploitée à 20%.

Autre espoir, qu’une nouvelle commission soit désignée et qu’une nouvelle enquête d’utilité publique débute.

Le rôle du CCLT est aujourd’hui d’informer les habitants de Chapareillan (un des villages du tracé les plus impactés en raison de la proximité avec l’hypothétique future ligne), les villages alentours et l’ensemble de la population française de l’absurdité économique de ce « Grand Projet Inutile ».

Aujourd’hui, le CCLT compte 180 adhérents et fait partie d’un regroupement d’associations « le collectif contre le Lyon – Turin ».